Vous êtes ici : Accueil > Votre Chambre d'Agriculture > Actualités > Les campagnols sont-ils confinés ?

Les campagnols sont-ils confinés ?

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Les campagnols terrestres (rats taupier) et campagnols des champs (souris) peuvent faire d’importants dégâts dans les prairies et les cultures. C’est pourquoi un suivi des populations est effectué depuis plus de 7 ans grâce à un partenariat entre la Chambre d’Agriculture de la Haute-Marne, la Fédération Départementale des Groupements de Défense contre les Organismes Nuisibles (FDGDON52), et la Fédération Régionale de Défense contre les Organismes Nuisibles (FREDON Grand Est).

Les données sont également abondées par les suivis réalisés dans le cadre du projet d’expérimentation multipartenarial MACC 0 (Méthodes de lutte Alternatives contre le Campagnol des Champs : vers le zéro rodenticide)* qui rassemble des acteurs du monde agricole, de la chasse et de l’environnement.

Prairies :
Dans les 10 prairies suivies, les densités relatives de campagnols terrestres, campagnols des champs et taupes restent faibles ce printemps (inférieures à 5 % en moyenne). Elles sont stables depuis l'année dernière à la même période. Un transect de 3,9 km a été réalisé dans les prairies du coteau d'Esnoms-au-val (voir carte ci-dessous) et montre des densités relatives de campagnols des champs en baisse (16,2 % à l'automne 2019 et 2,6 % au printemps 2020). Les campagnols ont donc bien suivi les consignes de confinement dans les prairies. Est-ce le cas dans les cultures ?

 

Cultures :
A l'intérieur des 10 parcelles de cultures, la présence de campagnols terrestres et de campagnols des champs est négligeable (moins de 5 % en moyenne au printemps 2020).
Cependant, les populations de campagnols des champs sont toujours présentes dans certaines bordures de cultures (suivi depuis avril 2018, moyenne de 12 % en avril 2020) ce qui créé un risque de colonisation des parcelles. Une bordure de parcelle en luzerne atteint une densité relative de campagnols des champs de 60 %. Le transect de 4,8 km réalisé dans les bordures de cultures sur le plateau d'Esnoms-au-val (zone avec beaucoup de semis-direct) montre des densités relatives de campagnols des champs encore importantes (49,7 % à l'automne 2019 et 43,3 % au printemps 2020). Dans les cultures suivis, les campagnols ont préféré l’activité partielle.

Gestion des populations :
Les campagnols ont des évolutions de population cycliques. La vigilance ne doit donc pas être relâchée en cette période de basse densité car les densités de populations pourraient augmenter dans l'année ou les années à venir comme cela a été le cas en 2014 /2015 / 2016 (voir historique ci-dessus). Les risques sont plus élevés pour les semis-direct, les légumineuses, les prairies de fauche, les parcelles avec des bordures non entretenues, l'absence de refuges pour les prédateurs (haies, murets, tas de pierre).
Les stratégies de gestion des campagnols ne doivent pas viser à les éliminer entièrement car ce n’est pas possible, ni souhaitable pour les prédateurs, mais doit permettre de réduire les pics de pullulations par une gestion adéquate en amont.

 

Pour toute question ou besoin particulier sur les campagnols, n’hésitez pas à prendre contact avec Renaud BLANCHET 06 26 66 10 61.